Recherche

La généalogie immobilière du moulin royal de Surré

Le moulin royal de Surré était un moulin à ban qui appartenait au domaine du souverain respectif. Le souverain ne devait pas nécessairement être un roi. Les moulins royaux existent dans notre pays depuis l'époque des comtes et ducs de Luxembourg.
Période de création et premiers siècles d'existence
Le moulin de Surré a été construit entre 1460 et 1473. Dans un document de la prévôté de Bastogne on apprend que le moulin était loué pour trois ans. La période de location commence en mai 1473, le loyer est de 4 florins par an et est payable à Noël de chaque année.
En 1626, le village de Surré est hypothéqué à la Seigneurie de Losange "à l'exception du moulin de Surey".
Le livre de la recette de Bastogne-Hotte indique 1649 : "Le moulin de Surey a ete mis à oultre par adjudication de location le dernier avril 1649. Demeure à Joseph le Mardchal, comme anoncé au chapitre des soills (= seigle) et avoine. Le terme de 3 ans commence le premier mai 1649".
En 1650, les villages appartenant à la laiterie de Hotte sont répertoriés. Sont également mentionnés un certain nombre de moulins avec le moulin de Surré.
En 1652, le moulin de Syrie est loué à Henri Bertrand aux mêmes conditions que celles de Joseph Le Maréchal. L'acte de saisie de 1626 est renouvelé en 1666 avec la mention "à l'exception du moulin de Surey". En 1675, le moulin de Surré a livré un malt de cinq sesters de seigle au meunier de Hotte.
Paul de Hemroulle, meunier à Bastogne, semble également gérer le moulin de Surré vers 1700. Le moulin de Surré verse une pension de 80 florins. Le meunier Pierre de Hemroulle est mentionné en 1706 comme meunier de Surré dans le registre de la confrérie de la Trinité. Le 23 mars 1724, le moulin est loué au meunier Pierre Hemroulle pour 6 ans moyennant un loyer de 103 florins. Mais le moulin ne devait pas être réparé. Vers 1730, les moulins de Lutremange et de Surré sont exploités simultanément par Schraner et Gattermann.
En 1734, le moulin est loué publiquement pour 187 florins 12 cents par an. Les locataires étaient probablement Schraner et Gattermann, car il est noté dans le registre que le moulin de Honville est également géré par les deux. Mais en 1735, le registre de la confrérie mentionne Johann Baur comme meunier à Surré. Aurait-il été un sous-locataire ?
Les habitants de Surré se libèrent du Ban
Le 20 novembre 1784, Nicolas Frisch, Nicolas Stullen et Friedrich Schon, représentant les habitants de Surré, et le prêtre de Surré Philippe Bourguignon rencontrent le collecteur des domaines Hoefnagle devant le notaire H. Bourdon de Bastogne pour négocier l'achat du moulin de Surré "pour se tirer du dur esclavage de la Servitude de Bannaux". Ils se sont mis d'accord sur la somme de 1.000 thalers et ont obtenu un délai d'un an pour le paiement.
Dans un autre acte notarié du même jour, il est stipulé que les habitants offrent une somme unique de 1 000 talers pour posséder le moulin à perpétuité.
La vente définitive du moulin n'a lieu que le 30 mars 1786, pour la somme de 2.614 florins 16 sols 10 deniers de la monnaie brabançonne, comme en témoigne une quittance du 13 novembre 1786 du fisc de Bruxelles.
Afin de se libérer de la dette du moulin et des soucis liés au bail du moulin, les habitants de Surré (tous les intéressés sont nommés) vendent le moulin avec tous ses accessoires à Remaclus Remy, "mühler auff Bauschleyder mühlen", devant le notaire Franz Klein de Bauschleiden le 27 juin 1786 pour 1.000 Reichstaler.
Les vendeurs ont obligé Remaclus Remy à payer la somme entre le jour de la Saint-Michel et la fête de la Toussaint et ont souligné qu'ils étaient exemptés du Ban du moulin et que "chacun en particulier puisse moudre comme il l'entend".
Meunier de Surré dans la période entre 1766 et 1824
Vers 1766, Etienne Steinfort exploite le moulin de Surré. Pour l'instant, nous ne savons rien de plus sur lui que son nom. Mais on peut supposer que sa fille Marie-Catherine Steinfort était mariée à Remaclus Remy.
Comme nous l'avons vu, Remacle Remy a acheté le moulin de Surré le 27/06/1786. Sa femme Marie-Catherine Steinfort y est décédée le 26.2.1796. Le 9.4.1797, il a épousé à Surré en secondes noces Marie Hirsch, fille de Conrad Hirsch et Marie Maier d'Allerborn.
Par la suite, le moulin est passé en possession de Johann Heinrich. Johann Heinrich, né le 23.8.1763 Surré et fils de Dominique Heinrich et Marguerite Dernöden s'est marié avec Marie Elisabeth Schon, née le 10.1.1779 Surré et fille de Johann Schon et Anne-Marguerite Franck le 12 Nivôse XI (2.1.1803) à Surré.
Johann Heinrich a vendu le moulin le 7.4.1813 devant le notaire Collin de Martelange aux meuniers François Teischen et Catherine Huberty. Comme ils étaient probablement incapables de payer, l'acte de vente a été dissous par le tribunal le 10.6.1823 et les défendeurs ont été obligés de payer 2.420,75 F avec un intérêt de 5 %.
Sur ordre de Johann Heinrich, Michel Fuhrman, agriculteur à Surré, achète le moulin pour l'utiliser "à nouveau". Cela s'est passé le 19.7.1825 devant le notaire Motté de Neufchateau.
Le moulin de Surré dans le cadastre de 1824
Dans les registres cadastraux de 1824, Dominique Wampach est enregistré comme propriétaire et meunier du moulin de Surré. Cependant, ce n'est que le 7 septembre 1827 qu'il acquiert légalement la propriété devant le notaire Anton-Joseph Reding de Feuvillers de Michel Fuhrman pour le prix de 2.395 florins 57 centimes.
Dominique Wampach, né le 28.10.1793 à Neumühle (Bilsdorf), fils du meunier Jacques Wampach (+1813) et de Catherine Siebenaller (+1809), se marie le 18.6.1823 à Arsdorf avec Catherine Brassel, née le 23.12.1794 à Arsdorf, fille du notaire Joseph Brassel et de Catherine Klein (+1808 Arsdorf). Quatre enfants de ces meuniers ont pu être recherchés.
Le bâtiment du moulin est marqué des numéros C 84, 85, 86 sur le plan cadastral. Il mesure environ 20 m de long et 10 m de large. Il porte la date de 1761 au-dessus de la porte d'entrée, ce qui indique qu'il a été reconstruit ou restauré.
Familles de meuniers de 1845 à 1890
Le 29.12.1845, Nicolas Deheusch, né le 3.12.1812 au moulin de Grümmelscheid, fils de Hatard Joseph Deheusch (+1828 Grümmelscheid) et de Marie Nepper, a épousé la fille du meunier Catherine Wampach de Surré. De ce couple marié, on peut noter cinq enfants.
Nicolas Deheusch a travaillé comme meunier, probablement jusqu'en 1854. Son beau-père Dominique Wampach était déjà décédé au moulin le 11 juillet 1833. Le recensement de 1851 mentionne sept personnes pour le ménage du meunier.
Le 7.2.1854, Paul Achen, né le 13.3.1831 au moulin de Biwisch, fils de Jacques Achen (+1836 moulin de Biwisch) et d'Elisabeth Ross (+1853 moulin de Biwisch), a épousé la fille du meunier, Marguerite Wampach (1832-1856), à Boulaide. Paul Achen a géré le moulin.
Les héritiers de A(a)chen-Wampach ont fait vendre aux enchères publiques la propriété du moulin le 28.6.1856 par le notaire Georg Rischard de Wiltz en présence du juge de paix Jacques Bernard de Wiltz, à cause de l'enfant mineur. L'enchérisseur au prix de 7 525 F était Gaspard Schaul, agriculteur de Surré.
La famille de meuniers Lanners
En 1883, les meuniers Alexander Lanners et Barbara Franck ont acheté le moulin de Surré. Auparavant, de 1880 à 1882 environ, ils avaient exploité le moulin de Boulaide. Ils venaient du moulin de Sonlez, où leurs parents avaient travaillé 30 ans auparavant.
Le 8 février 1883, Georg Rischard, anciennement notaire à Wiltz, a vendu "le moulin unique" devant le notaire Heinrich Klein de Wiltz.
Alexander Lanners, né le 29.8.1849 à Sonlez, fils de Nicolas Lanners (1802-1863) et Barbara Zwohlen (née en 1815 à Obermertzig), se marie le 26.9.1877 à Winseler avec Barbara Franck (née en 1852 à Doncols), fille de Johann Franck (+1877 Doncols) et Anne-Marie Schmitz.
Alexander Lanners était issu d'une famille de meuniers qui avait fondé le Kehrmühle près de Hoscheid et dont les membres de la famille avaient servi les moulins de Grümmelscheid, Sonlez, Kautenbach, Givry (B) et le Gefachmühle près de Kaundorf. Neuf enfants ont été notés du couple Lanners-Franck.
Les frères Firmin et Emile Lanners gèrent ensemble la propriété du moulin. Pendant que Firmin vivait et exploitait le moulin, Emile s'occupait de la ferme et tenait une auberge au-dessus de l'église.
Le destin du moulin de Surré depuis 1928
En 1928, le moulin a été reconstruit. Les meules ont été remplacées par des broyeurs à rouleaux simples. Les plansificateurs ont remplacé les tamis à cylindre. Une paire de meules, qui ont été remplacées par des meules artificielles provenant de Visé (B) en 1957, est restée pour le broyage. Une nouvelle machine de nettoyage a été installée. La roue hydraulique à arbre supérieur, d'un diamètre de 3,50 m, entraînait les machines par l'intermédiaire de la roue à peigne et des roues de transmission.
La même année (1928), un générateur est installé pour produire de l'électricité pour le bâtiment du moulin et le domaine du frère Emile. Plus tard (1930), le moulin a également été partiellement raccordé au réseau de Cegedel. Un interrupteur (depuis 1968) permet une alimentation indépendante ou l'alimentation par le réseau Cegedel en courant électrique. En effet, l'alimentation indépendante est parfois diminuée par des pénuries d'eau. En 1928, le commerce de la farine, du maïs et du fourrage a également été lancé.
Le meunier a visité depuis des temps plus anciens avec l'attelage de chevaux et depuis 1932 avec le camion, sa clientèle dans les localités environnantes. Harlange, Tarchamps, Sonlez, Doncols, Bavigne, Baschleiden, Boulaide, Arsdorf ainsi que Tintange, Lutremange et Lutrebois en Belgique. Ces visites ont cessé en 1940 lorsque le camion a été réquisitionné par les troupes allemandes lors de l'invasion. Cependant, entre 1952 et 1974, le meunier a repris le service à la clientèle. La production de farine a cessé en 1954 en raison d'un manque de clients pour la farine à pain.
L'usure devient visible : La roue hydraulique, devenue vétuste en 1962, a été remplacée par une turbine (Voith) provenant d'un moulin de Triberg (Forêt-Noire). Cette turbine était adaptée aux conditions de l'eau de Surré. Sa construction date de 1938 et elle a coûté 60 000 francs. À cette époque, une partie des équipements destinés à la production de farine panifiable a également été retirée : broyeurs à rouleaux, plansifieurs, etc. Jusqu'à aujourd'hui, seule la machine à broyer le grain est restée en service, sur laquelle sont moulus les aliments pour bétail destinés aux clients et le blé destiné au boulanger.
Photo reçue de la famille LANNERS
Le dernier meunier
Le couple de meuniers Firmin Lanners - Anna Greiveldinger étant resté sans enfant, le moulin est passé en héritage à Alexis Lanners, fils d'Emile Lanners.
Emile Lanners (1892-1966) a épousé Françoise Rosseljong, née le 29.7.1901 à Arsdorf, fille de Dominique Rosseljong et Félicité Daubenfeld, le 19 novembre 1919 à Boulaide. Ce couple a eu deux enfants.
Alexis Lanners a épousé le 14 juillet 1967 à Boulaide Mathilde Kandel, née le 11.8.1940 Luxembourg, fille de Edouard Kandel (+20.10.1964 Strassen) et Marie Petry de Strassen. Ils ont eu quatre enfants.
Alexis Lanners est probablement le dernier meunier de Surré. Outre la ferme et l'auberge, il s'occupait de son vieux moulin royal avec diligence et amour. En tant que dernier descendant d'une famille de meuniers vieille de 200 ans, il se sent toujours lié à elle corps et âme.

Aspects à retenir

Le moulin de Surré a été vendu avant la révolution française. Le moulin n'est donc jamais devenu un bien national pour être vendu par l'état.

Depuis son existence le moulin est exploité sur base de son droit d'eau fondé en titre. Vu son histoire le moulin de Surré possède encore aujourd'hui son droit d'eau fondé en titre.